Des bancs de Label École aux sièges de Label Touche

Nous vous l’avions annoncé, la famille Label s’agrandit ! Lors de notre dernière newsletter, nous avons mis à l’honneur Label Touche, petite sœur de Label École qui fait déjà la fierté de notre vaste lignée. Aux côtés d’Agathe se trouvent désormais Jérôme et Ophélie, deux anciens apprenants de Label Ecole devenus depuis septembre salariés pour Label Touche. Ils ont tous les deux suivi la formation Chef.fe de projet en e-commerce, Ophélie fait partie de notre deuxième promotion [entre mai et août 2020] et Jérôme de la troisième [entre septembre et décembre 2020]. Comment ont-ils été recrutés ? Qu’est-ce que cela fait de passer de l’autre côté du bureau ? Comment se passent leurs débuts au sein de l’agence ? 

Regards croisés sur nos deux recrues bien-aimées.

 

Revenons un peu sur votre parcours. Comment êtes-vous arrivés à Label École ?

Jérôme : J’ai travaillé trois ans chez Emmaüs Alternatives pour leur plateforme de vente en ligne. J’étais chargé de la préparation et de l’envoi des commandes, du suivi SAV, de faire la description et la photo des objets qu’on allait mettre en vente sur le site. Mais après plusieurs années là-bas, j’ai eu envie de développer des compétences plus techniques sur la partie web. 

Ophélie : J’étais dans un domaine qui n’a rien à voir avec le digital et, pour des raisons personnelles, j’ai décidé de commencer une nouvelle vie. Au départ, je souhaitais créer mon entreprise mais comme je n’y connaissais rien en e-commerce, je souhaitais d’abord me former et apprendre sur le sujet. Ma promotion a commencé en distanciel à cause du covid mais, dès lors que les restrictions ont été levées, nous avons pu nous continuer en présentiel.

Un souvenir marquant de ta formation à Label École ?

Ophélie : La fois où nous nous sommes tous vus en présentiel. Après tout ce temps passé confinés, c’était une telle explosion de joie ! Nous étions euphoriques ! D’ailleurs, je pense que ça a un peu inquiété Grégoire (elle rit)

Et puis découvrir Grégoire et Julien [responsables de Label École] en personne. Par exemple, j’étais persuadée que Julien faisait 1m50 tout au plus. J’imaginais un tout petit bonhomme et là, je découvre une grande perche ! (Elle rit).

Jérôme : Plus qu’un souvenir précis, c’est plutôt l’ambiance générale que j’ai aimée. Ce n’était pas comme à l’école où c’est souvent chacun pour sa poire : ici, j’ai découvert beaucoup d’entraide et de solidarité.

La promo d’Ophélie et la question à deux francs : sais-tu quel est ce drôle de point vert au milieu de la photo ?

  1. Une balle rebondissante radioactive 
  2. Un Ovni venu d’une contrée lointaine
  3. Une raquette de ping-pong presque aussi déchaînée que nos apprenants 

Comment avez-vous été recrutés à Label Touche ?

Jérôme : A la fin de la formation chef.fe de projet en e-commerce, alors que je cherchais un emploi, Agathe m’a contacté. Elle m’a dit qu’ils cherchaient quelqu’un pour un poste et que mon profil les intéressait. Résultat, me voilà ! Je ne sais pas pourquoi elle m’a choisi moi mais je soupçonne Grégoire d’y être pour quelque chose (il sourit).  

Ophélie : A l’issue des trois mois chez Label, j’ai décidé de poursuivre sur une seconde formation “Chef.fe de projet webmarketing” dans un autre organisme. Alors que j’étais sur le point de finir, j’ai reçu un appel de Julien qui m’a demandé ce que je faisais car ils étaient sur un projet de création d’agence digitale. J’étais très intéressée alors il m’a mis en relation avec Agathe, j’ai passé un entretien et j’ai obtenu le poste. 

Qu’est-ce que ça fait de revenir dans les locaux mais cette fois en tant que salariés ?

Jérôme : C’est bizarre. Alors que tu n’étais qu’un élève, soudainement, tu découvres les coulisses. Tu te rends compte du fonctionnement de l’école, tu réalises l’ampleur du travail derrière. Par exemple, comme la formation est gratuite pour les apprenants, je ne réalisais pas combien elle coûte chère à financer en réalité. Et puis, je parle avec les formateurs et les responsables de sujets que je n’aurais jamais abordés avec eux alors que j’étais apprenant. 

Ophélie : J’étais contente de revenir à Label École. C’est un endroit que je connais, dans lequel je me sens en sécurité. Je connais la mentalité de Grégoire et du reste de l’équipe, je sais qu’ils sont bienveillants, je n’ai pas peur de poser des questions, alors forcément c’est rassurant. C’était le bon endroit pour monter en compétences et prendre confiance en moi avant de me jeter dans une entreprise où je ne connais personne. 

Mais où est Jérôme ?

(Ps : on me chuchote dans l’oreillette qu’il serait en première ligne)

Comment vous sentez-vous d’être passé de l’autre côté du bureau, vis-à-vis des autres apprenants mais aussi de la direction de Label Ecole ?

Ophélie : Nous avons été bien intégrés car dès la rentrée, Grégoire nous a présentés aux nouveaux apprenants et nous leur avons livré notre témoignage. Je ne sens pas de différence, nous sommes tous sur le même pied d’égalité, aussi bien avec la hiérarchie qu’avec les apprenants. D’ailleurs, les apprenants sont curieux : ils nous posent des questions, se renseignent, s’intéressent à ce qu’on fait. En même temps c’est normal, nous sommes ici pour un petit moment mais demain, ce sera sûrement l’un d’eux qui sera assis à notre place.

Jérôme : Oui, on fait connaissance avec eux, ils nous apprennent des choses et vice-versa. Par exemple, hier nous avons échangé avec un apprenant qui a déjà fait du développement informatique par le passé. Il nous a expliqué comment il créait et codait des sites en CSS, nous lui avons parlé du fonctionnement de wordpress et d’Elementor : c’est de l’échange ! Plusieurs m’ont aussi demandé à quoi ressemblait ma journée-type. 

Et alors, c’est quoi votre journée-type ?

Jérôme :  On commence chaque matin par le daily scrum meeting, une réunion façon Label Touche de quinze minutes lors de laquelle nous évoquons toutes les tâches réalisées la veille, les objectifs de la journée mais aussi d’éventuels points d’amélioration ou difficultés. Ensuite, on se lance sur les tâches du jour. Par exemple, hier, nous avions chacun trois pages à faire pour la refonte du site d’EBS Espérance. 

Ophélie : Oui, et puis ce que j’aime avec Label Touche, c’est justement qu’on touche à tout.  Comme on est en petit comité, on n’a pas le choix, on doit savoir tout faire. Et même s’il y a des tâches qu’on aime moins, le simple fait de savoir la réaliser est déjà une réjouissance. D’ailleurs, à l’agence, il m’arrive souvent de me dire : “Tiens, cette tâche me rappelle ce cours que j’ai vu à Label École donc il faut que j’utilise tel logiciel”. 

Quel conseil donneriez-vous à un apprenant ?

Ophélie : Google is your best friend ! (Elle rit).

Jérôme : Sois curieux et pose des questions. 

Si demain je veux créer mon site web, pourquoi faire appel à la Label Touche ?

Ophélie : Parce qu’il sera fait avec amour ! (Ils rient). Non plus sérieusement, parce qu’Agathe est une super coordinatrice d’agence et qu’elle passe beaucoup de temps à bien comprendre les besoins du client. Nous offrons un site clé en main parfaitement ajusté à vos attentes. Pas mal non ?

Un dernier mot ?

Ophélie : sans vouloir faire ma féministe, j’encourage tout particulièrement les femmes à tenter la formation. Évidemment qu’au bout de trois mois on ne sait pas tout, mais c’est une vraie découverte des nouveaux métiers du digital. Et surtout, ne vous dites pas que c’est réservé aux autres ou à une élite. Quel que soit votre âge, que vous soyez en reconversion professionnelle, que vous n’ayez pas travaillé depuis des années pour vous occupez de vos enfants, renseignez-vous sur le programme et appelez-les !

Jérôme : Venez faire du dev, on a besoin de vous !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.