Retour vers le futur : des nouvelles de nos anciens apprenants | José & LVMH

José Gélie est passé par les bancs de Label École au printemps 2020. Il fait partie de notre 2e promotion “Chef.fe de projet en e-commerce”, diplômée il y a un an et demi déjà. Cet ancien danseur professionnel passionné de mode nous raconte sa reconversion et son nouveau départ au sein du groupe LVMH.

Des planches de l’Opéra…

Je m’appelle José, j’ai 58 ans et je suis e-merchandiser chez 24S, la plateforme e-commerce de LVMH. Je n’aurais jamais pensé me retrouver là un jour. Label École a été le point de départ de ma reconversion professionnelle, elle a été le déclic. 

J’ai été danseur professionnel pendant 10 ans. J’ai une formation de danse classique à l’origine, mais j’ai aussi fait du jazz et du contemporain. J’ai beaucoup dansé dans les opéras – Garnier, Bastille – j’ai aussi renforcé le corps de ballet de l’Opéra de Paris. J’ai également monté ma propre école de danse. J’ai enseigné à tous les âges, de 7 à 77 ans comme disait ma mère – elle était fan de Michel Sardou (il rit). 

En 2018, j’ai eu envie de changer de métier, car vivre de la danse devenait vraiment compliqué. Déjà avant la covid, les contrats se faisaient plus rares et nous étions mal payés. Finalement, la crise sanitaire n’a fait que précipiter ma décision. Et aujourd’hui, quand je vois mes amis danseurs galérer, je me dis que j’ai fait le bon choix. 

Au départ, j’ai pensé faire une formation pour devenir styliste et créer ma propre marque. En effet, j’ai toujours été passionné de mode : quand j’étais danseur, je travaillais en parallèle dans une boutique de mode. Je fais beaucoup de croquis et de dessins, j’ai aussi une machine à coudre avec laquelle je m’essaie à des créations.

Jusque-là, je n’avais donc jamais eu l’intention de faire de l’e-commerce. Néanmoins, avec l’arrivée de la covid, les modes de consommation ont changé et je me suis rendu compte que si je voulais un jour lancer ma marque, il me fallait des compétences informatiques. Car si je deviens styliste, il faut que je sois capable de vendre en ligne, de mettre en lumière ma marque, d’en parler, de gérer le e-marketing et les réseaux sociaux. 

C’est comme ça que je me suis retrouvé à Label École. 

… aux couloirs de Label École

Lorsque j’ai démarré la formation e-commerce à Label École, j’étais vraiment très mauvais. C’était du chinois pour moi, je ne comprenais absolument rien. Je ne connaissais rien au digital, encore moins à l’e-commerce. Grégoire [responsable de Label École] et Julien [coordinateur pédagogique] ont été très patients avec moi, je les ai rendus fous je pense (il rit)

Mais malgré mon faible niveau en matière de digital, je savais que je pouvais réussir. J’étais plus lent que les autres, mais je n’ai pas lâché. Grégoire et Julien m’ont beaucoup soutenu, ils ont cru en moi et je les en remercie énormément. 

Avec mon groupe, nous avons travaillé pour une marque de maillots de bain fabriqués à partir de filets de pêche. J’ai adoré travailler sur ce projet : j’ai aimé comparer différentes marques, chercher des idées de création, mettre en ligne les modèles, apprendre à maîtriser Prestashop. C’est à ce moment-là que j’ai su que je voulais devenir Visual Merchandiser. 

La promo de José

J’ai aussi beaucoup aimé les rencontres organisées par Label École : nous avons reçu Cédric O, le monsieur numérique du gouvernement, Anne Coste de Champeron, la sous-préfète de Saint-Denis mais aussi Sébastien Chabal, l’ancien rugbyman. Son témoignage m’a beaucoup touché : il nous a raconté comment, après une longue carrière de sportif, il était retourné sur les bancs de l’école pour apprendre à être chef d’entreprise.

Confiné connecté

Entrer en formation à Label École m’a sauvé : nous étions en pleine crise sanitaire, j’étais confiné seul chez moi à Paris, je n’avais aucune visibilité sur ce que j’allais devenir. Je n’avais rien à côté. La formation m’a donné un rythme : je me réveillais tous les matins à 8h, je me connectais sur la visio, j’étais en interaction avec d’autres apprenants, je travaillais en ateliers… Ce lien social m’a permis – sans mauvais jeu de mots – de rester connecter. C’est d’autant plus vrai que je venais du milieu artistique où j’avais l’habitude d’être entouré de beaucoup de monde, de courir dans tous les sens, dans une forme d’effervescence permanente. 

Je réalise aujourd’hui que cette expérience fut un bon entraînement avec la crise sanitaire qui bat à nouveau son plein. Je sais désormais que je suis capable de travailler seul de chez moi, de  rester connecté sur une visio durant plusieurs heures consécutives, de voir moins de monde au quotidien.

Visual merchandiser chez LVMH

Quand j’ai fini la formation en septembre 2020, j’ai enchaîné avec une seconde formation chez ESG Luxe afin de me spécialiser dans le marketing dans les domaines de la mode et du luxe. 

Je suis entré en stage chez LVMH après cette seconde formation. J’ai ensuite embrayé sur une alternance et j’y travaille désormais en CDI sur leur site 24S. Je m’occupe de toute la stratégie e-commerce de mise en ligne des bijoux, des articles de mode et des accessoires. Néanmoins, comme j’ai toujours aimé la vente physique, je me rends régulièrement en boutique afin de vérifier que tout se passe bien et donner un coup de main aux équipes. Je suis un cas un peu atypique, au boulot, ils me prennent parfois pour un extraterrestre (il rit)

Je me plais énormément dans mon travail aujourd’hui. Le piège, c’est qu’avec la danse, j’ai été habitué à ne pas compter mes heures : c’était à la fois un métier et une passion, je ne faisais pas la distinction entre personnel et professionnel. Aujourd’hui, j’ai tendance à reproduire la même chose chez LVMH mais cette fois via ma passion pour la mode. 

Ce que j’aime également chez LVMH, c’est qu’ils ont une excellente école de formation. Ils forment notamment des stylistes et j’ai déjà eu l’occasion de visiter leurs ateliers de couture et de création. Mon rêve serait d’un jour créer ma propre marque et de proposer à LVMH de la diffuser.

José a suivi la formation “Chef.fe de projet en e-Commerce” de Label École du 18 mai au 07 août 2020. Nous accueillons notre prochaine promotion du 28 février au 14 juillet 2022. 

La formation “Chef.fe de projet en e-commerce” c’est :

– 5 mois de formation
20 apprenants maximum pour un suivi personnalisé
– 1 diplôme d’Etat à la clé (équivalent Bac +3)
– 91%  de sorties positives 
– ton projet de création de site web mené de A à Z

Alors, tenté.e par l’aventure ? 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.